Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 14:38

Pour la première fois depuis les élections législatives de 1997, les européennes de 2009 ont vu un rebond du PCF par rapport à l'élection précédente de même type. Ce n'est que la deuxième fois depuis 1978 que le PCF enregistre un progrès lors d'une élection. A ce titre, le "Front de gauche" a assurément représenté un succès pour le Parti communiste. Avec cinq élus, le Front de gauche se classe cinquième derrière l'UMP, le PS, Europe Ecologie et le Modem. Le PCF conserve deux députés (circonscriptions Nord-Ouest et Ile-de-France), le Parti communiste réunionais 1 élu (Outre-Mer). Deux nouveaux députés sont élus : Jean-Luc Mélenchon (circonscription Sud-Ouest pour le Parti de Gauche) et Marie-Christine Vergiat (circonscription Sud-Est comme Personnalité associative).
Les résultats détaillés montrent une dynamique du Front de gauche supérieure aux résultats du PCF en 2004. Il y a cinq ans, le Parti communiste obtenait 900 447 voix en métropole, soit 5,2 % des suffrages exprimés et 2,17 % des électeurs inscrits. En 2009, le Front de gauche obtient 1 041 755 voix, soit 6,05 % des suffrages et 2,35 % des inscrits. Si l'on y ajoute les résultats de l'outre-mer, le Front de gauche obtient 1 114 872 voix en 2009. La progression par rapport à 2004 est assez nette (avec le gain de 150 000 suffrages alors même que la participation diminue). Suite à ces résultats, on ne peut que souhaiter que la dynamique du "Front de gauche" soit maintenue pour les élections régionales, ce qui semble se préparer.
Désormais, les partis communistes ne seront plus les seuls représentés au sein de la gauche européenne puisque le Parti de Gauche va également siéger au Parlement.
Les résultats du Front de Gauche sont les suivants :
Outre-Mer : 21,01 %. 1 élu (PCR)
Sud-Ouest : 8,15 %. 1 élu (PG)
Centre : 8,07 %
Nord-Ouest : 6,84 %. 1élu (PCF)
Ile-de-France : 6,32 %. 1 élu (PCF)
Sud-Est : 5,90 %. 1 élu (Pers.)
Ouest : 4,58 %
Est : 3,89 %
Il réalise son meilleur résultat départemental dans l'Allier (12,11 %), suivi de la Seine-Saint-Denis (11,45 %) et des Hautes-Pyrénées (11,25 %). A l'opposé, il réalise son score le plus faible dans le Bas-Rhin (1,50 %), suivi du Haut-Rhin (1,75 %) et de la Vendée (2,70 %).

Une analyse détaillée des résultats montre cependant que les gains du Front de gauche se réalisent principalement dans les départements où il obtient ses plus faibles résultats. Au contraire, il stagne ou progresse légèrement par rapport à 2004 dans ses zones de force. La circonscription Sud-Ouest tranche sur ce constat, le Front de gauche y réalisant partout des résultats en nette hausse. Finalement, il progresse dans 84 des 96 départements métropolitains. La carte suivante montre les départements où le Front de gauche recule par rapport au PCF en 2004. Il s'agit en général de ses zones de force, nous l'avons dit, où il ne parvient pas à mobiliser les catégories populaires pour un scrutin dont l'intérêt n'est pas clairement perçu. C'est le cas dans le bassin minier du Nord et du Pas-de-Calais où les résultats communistes sont en net repli, mais également dans certains départements de la banlieue parisienne, la Seine-Saint-Denis et le Val-d'Oise, et enfin en Dordogne et dans l'Allier, département où il obtenait son meilleur résultat national en 2004.


Mis à part ces quelques exceptions, les résultats du Front de Gauche sont en net progrès. Il ne passe pas la barre des 5 % des suffrages dans 30 départements, obtient de 5 % à 7,5 % dans 37 départements, de 7,5 % à 10 % dans 20 départements et plus de 10 % dans 9 départements. La deuxième carte montre la géographie du vote.

On retrouve globalement la géographie traditionnelle du vote communiste. Les zones de force du PCF sur le pourtour méditerranéen, dans les marges occidentales et septentrionales du Massif central, dans l'est de la banlieue parisienne et dans le bassin minier du Nord offrent ses meilleurs résultats au Front de Gauche. La nouveauté réside dans la percée opérée par le Front dans la grande région Sud-Ouest. Porté par la personnalité de Jean-Luc Mélenchon, il progresse nettement dans cette région radicale et socialiste où le PCF ne s'est jamais réellement imposé. Il obtient ainsi plus de 7,5 % des suffrages dans 12 des 18 départements de la région, et plus de 10 % dans trois d'entre eux. Il ne passe jamais sous la barre des 5 % des exprimés. L'autre circonscription où il obtient ses meilleurs résultats est la circonscription Centre. Il dépasse 7,5 % des suffrages dans 6 des 14 départements, dont 4 où il obtient plus de 10 % (Haute-Vienne, Corrèze, Cher et Allier).
On assiste ainsi à un recentrage du vote Front de gauche sur les bastions ruraux du PCF et sur la moitié sud de la France, en particulier dans le grand sud-ouest à tradition radicale-socialiste.
Dans les zones urbaines et en Ile-de-France en particulier, les résultats du Front de Gauche sont au contraire beaucoup moins satisfaisants. La petite couronne de la banlieue parisienne offre ainsi un visage contrasté. Terre d'élection par excellence du PCF, elle offre globalement de bons résultats au Front de Gauche. Ceux-ci sont cependant en baisse par rapport aux résultats du Parti communiste en 2004, en particulier en Seine-Saint-Denis.




 

Partager cet article
Repost0

commentaires

laurent Jamet 22/07/2009 11:05

Bravo pour ton blog très bien fait! Il y a sans cependant beaucoup d'erreur sur la carte de la région parisienne sur le scrutin européen on ne sait pas à quoi correspond le vert et le rouge....alors Gennevilliers, la Courneuve, Dugny, Vitry, Villetaneuse......en Vert et Marne la Coquette, Neuilly sur Seine, Bry sur Marne Le Perreux....... en rouge cela me semble bizarre

Alexandre 20/08/2009 18:30


Bonjour,
Je suis désolé pour le retard dans la réponse et surtout pour l'oubli de la légende de la carte. En fait, les villes apparaissant en vert sont celles où le résultat du PCF progresse en pourcentages
et en voix depuis 2004 alors que celles apparaissant en rouge voient son score reculer. Il s'agit justement de montrer, commetu l'as bien relevé, que le résultat du Parti tend à progresser dans les
villes où il est le plus faible et reste en repli ou stagne dans de nombreux bastions, ce qui pose la question de leur avenir.